La meilleure méthode pour démarrer un feu dans le poêle ou le foyer peut varier d’un appareil à l’autre et dépendre aussi de l’expérience de l’utilisateur. Dans certains cas, celui qui a trente ans d’expérience et qui s’achète un nouveau poêle ou foyer au bois est celui qui réussit le mieux à faire évacuer tout le monde de la maison. Dans la majorité des incidents, c’est avec l’utilisation des appareils plus performants que les problèmes de fumée surgissent.

Poêle-Cumberland-GapLes poêles sont construits de sorte à conserver à l'intérieur de la chambre à combustion le plus de chaleur possible afin que les gaz à combustion y brûlent. Il y a donc beaucoup moins de chaleur qui réchauffe la cheminée à l’étape du démarrage. De là l’importance d’être conscient que la chaleur monte et le froid descend. Si à l’ouverture de la porte du poêle vous y constatez un courant d’air froid avec votre main, c’est donc que votre cheminée se doit d’être réchauffée préalablement avant de créer une source abondante de fumée qui refoulera par la poussée du froid y descendant.

Une méthode efficace pour contrer la situation est de faire, en utilisant du papier journal, une trentaine de boules de papier que vous brûlerez, une à la fois. Une boule crée un feu rapide et une bouffée de chaleur intense qui force le froid à renverser sa trajectoire. Évidemment, la clé d’alimentation d’air du poêle se doit d’être en position ouverte. L’addition d’un thermomètre indicateur de température à l’intérieur des tuyaux noirs est un avantage pour vous guider et réduit la marge d’erreur.

Suite au réchauffement de la cheminée, vous pourrez, sans risque d’accumulation de fumée, ajouter le papier et le bois d’allumage. Il est très important que vous utilisiez du bois plus petit pour l’allumage. Toujours en gardant la clé d’alimentation d’air en position ouverte, ajoutez graduellement du bois plus gros au feu ardent. La durée de démarrage d’un poêle est approximativement de 15 à 25 minutes selon le taux d’humidité du bois utilisé.

Pour bien réussir vous choisirez de préférence dans les feuillus des bois durs qui donnent de bonnes braises et une durée de combustion prolongée : les meilleurs sont le charme, le chêne et l'érable. Vous pourrez utiliser toutefois certains feuillus plus tendres, tels que le bouleau pour démarrer ou relancer un feu sur lit de braises. Par contre, vous devez éliminer les feuillus tendres tels que le saule, le tilleul et le peuplier ainsi que tous les résineux tels que le pin, le sapin et le mélèze. Ces derniers ont un pouvoir calorifique beaucoup moindre et ils produisent beaucoup de créosote à l'intérieur de votre appareil et la cheminée. Le meilleur conseil est de vous servir de ceux-ci uniquement comme bois d'allumage puisqu'ils brûlent très rapidement lorsqu'ils sont secs.

Le bois suffisamment sec pour être efficacement brûlé dans un poêle ou un foyer devrait indiquer entre 15% et 20% d’humidité.